Vous êtes ici

Leonardo ne reviendra pas au PSG

Leonardo, l'ancien directeur sportif du PSG

Leonardo, l'ancien directeur sportif du PSG | AFP - BERTRAND GUAY

Par

Publié le 12/05/2017 | 09:06, mis à jour le 12/05/2017 | 10:11

Alors que le fantasme de son retour au PSG a refait surface ces dernières semaines, le dirigeant brésilien Leonardo, ancien directeur sportif du club, a tenu à mettre les choses au clair dans une interview parue dans Le Parisien. Il le clame haut et fort : il ne reviendra pas.

Le PSG se prépare à de gros chamboulements cet été après une saison ratée. Une Coupe de France ne viendra pas sauver un bilan plus que moyen pour le club de Nasser Al-Khelaïfi. Si le président ne semble pas menacé par Doha, aux étages en dessous, on tremble. Et à chaque fois que ça tangue au PSG, un nom ressort du chapeau, celui de Leonardo. L'architecte de la première ère du PSG version QSI, c'est lui. Ibrahimovic, Pastore, Silva, Motta, Beckham, Ancelotti, c'est encore lui. Avec son réseau, le Brésilien a construit la machine qu'est devenue le PSG.

Son départ en 2013 a lancé une nouvelle phase. Cette saison va marquer le premier moment de stagnation, et même de régression, du club depuis la reprise en 2011. Six ans plus tard, depuis l'Italie, il ne rate "aucun match" du PSG. Mais n'a pas envie d'y revenir. Il est un "homme libre" et il partage sa vie entre son rôle de consultant sur la chaîne italienne Sky, sa famille - il s'est marié avec la présentatrice Anna Billo - et son rôle de "conseiller amical d'un grand nombre de personnes dans des clubs ou des institutions", éclaire-t-il dans Le Parisien. Lesquels? Il préfère le taire.

 

Rendez-vous le 15 juillet?

Le PSG est bel et bien de l'histoire ancienne et tant pis pour les nostalgiques. "Je ne reviendrai pas au PSG une nouvelle fois", assure-t-il. Les raisons sont multiples : il "ne cherche pas de travail", il n'en a pas une réelle volonté et surtout "ce qui a été fait avec le PSG appartient au passé". "C'est comme lorsqu'un couple se sépare. C'est toujours difficile d'essayer de revivre ensemble sous le même toit" image-t-il. "Il faut passer à autre chose", conclut-il.

Lui, mieux que personne, sait que jamais rien n'est définitif dans le football moderne, mais sa décision semble irrévocable. Il se permet toutefois de laisser une minuscule porte entrouverte en s'amusant des petits hasards de l'Histoire : "Je suis arrivé au PSG en tant que joueur le 15 juillet 1996. J'y suis revenu en tant que directeur sportif quinze ans plus tard, le 15 juillet 2011 et j'ai quitté le club le 15 juillet 2013. Aujourd'hui, il n'est pas question que je revienne... sauf peut-être le 15 juillet 2026 (rires)".

Le plus dur reste à faire

L'association Roberto Mancini-Leonardo, évoquée en cas de départ d'Unai Emery, ne verra donc pas le jour au PSG. "Il n'y a eu aucune discussion" soutient-il. Il a toujours des relations avec Nasser Al-Khelaïfi, mais surtout avec l'émir du Qatar, Tamim Ben Hamad Al-Thani. "C'est lui qui m'a choisi en 2011, et je l'admire beaucoup", confie-t-il.

En tant qu'ancien de la maison, Leonardo ne veut pas juger le travail des gens en place, mais il glisse toutefois un petit encouragement : "je peux juste dire que, depuis 2011, le PSG se développe pour gagner un jour la Ligue des champions. 85% du travail a été fait. Il reste 15% et c'est justement la partie la plus difficile". Si le PSG arrive à combler ce trou dans un futur plus ou moins proche, ça sera sûrement sans lui.

Sur le même sujet