Vous êtes ici

Kylian Mbappé à coeur ouvert: "Ce n'est pas ça le vrai visage du football"

Kylian Mbappé avec Neymar, le plaisir du terrain lors de l'entraînement du PSG

Kylian Mbappé avec Neymar, le plaisir du terrain lors de l'entraînement du PSG | AFP - FRANCK FIFE

Par

Publié le 08/09/2017 | 08:57, mis à jour le 08/09/2017 | 09:01

A quelques heures de porter pour la première fois le maillot du PSG dans un match officiel contre Metz, Kylian Mbappé s'est livré dans une longue interview à L'Equipe. S'il refuse encore d'exposer les raisons qui l'ont finalement poussé à quitter Monaco alors que "ma priorité (c'était) Monaco", l'international dévoile son dégoût pour certaines pratiques: "Ce n'est pas le vrai visage du football", dit-il en évoquant la période des négociations et sa mise à l'écart des terrains. "Je ne souhaite pas aux gens de découvrir ce monde-là." Extraits.

Les négociations et sa mise à l'écart du terrain

"En fait, ce n'est pas tant les négociations qui m'ont paru longues, c'est le fait de ne pas jouer. Les négociations, elles ont commencé il y a longtemps, ça datait déjà du mois de juin. Mais à partir du moment où l'on m'a enlevé du terrain, c'est vraiment devenu interminable." S'il avoue "respecter toutes les décisions du club", Kylian Mbappé avoue ne pas avoir compris sa mise à l'écart: "J'étais quand même un joueur important de l'équipe. Et se priver d'un joueur important, ce n'est jamais... Mais bon, c'est un choix respectable."

Pour la première fois de sa très jeune carrière, l'attaquant a vécu une période difficile: "C'est un monde que j'ai découvert, et sérieusement, je ne souhaite pas aux gens de découvrir ce monde-là. Ce n'est pas ça, le vrai visage du football." Et de raconter: "Là où j'ai vraiment eu du mal, c'est quand on m'a dit que je ne jouerais plus. C'est là où j'ai été en difficulté. Là oui, je me suis dit: 'Ah oui, quand même, ça va jusque-là.' Parce que je voulais vraiment jouer et aider l'équipe jusqu'au bout."

Son désir de rester à Monaco

"Lorsque je finis ma saison, en mai, je suis dans l'optique de rester. Il n'y a rien d'autre dans ma tête. Lorsque je rencontre des coachs, je leur dis que ma priorité, c'est Monaco. Et que si Monaco fait ce qu'il faut, je resterais. Il n'était pas question d'aller voir ailleurs. Ensuite, il s'est passé des choses, et j'ai changé ma position." Le jeune joueur de 18 ans reste pourtant très respectueux des dirigeants de son ancien club: "C'est vraiment un homme remarquable (Vadim Vasilyev, le vice-président de l'ASM, Ndlr). (...) Je n'en veux à personne. Je ne sais pas si c'est une qualité, mais j'arrive à me mettre à la place des gens."

Son choix du PSG plutôt que le Real Madrid

"Cela me permettait de continuer à progresser et de jouer. Moi, ce que je veux, c'est jouer." A Paris, aurait-il plus de certitudes qu'à Madrid: "Ce n'est pas une question de certitude, car on n'a jamais de certitude. Ce sont des conneries ça. Personne ne va écrire sur votre contrat que vous êtes assuré de jouer, ici, là ou là. Mais j'ai senti qu'à Paris j'aurais plus de chances qu'à Madrid."

Son refus d'aller à Manchester City

Kylian Mbappé a rencontré Pep Guardiola, l'entraîneur de Manchester City, qui souhaitait le recruter. "C'est vraiment un entraîneur qui respire le football. Il a gagné partout, et il vous transmet une passion, il vous donne vraiment envie de jouer, de ne penser qu'au jeu, car il ne vous parle que de jeu. Il n'évoque même pas ce qui se passe à côté." Pourtant, il lui a dit non: "Je n'ai pas dit non à Guardiola, j'ai dit non à Manchester City."

Les critiques et les louanges

"Cela ne me blesse pas du tout (les critiques, Ndlr) à partir du moment où les gens qui comptent et moi-même savons la vérité. C'est un feuilleton qui a animé tout l'été. Il fallait sortir des nouvelles informations, mais à un moment, quand il n'y a plus rien, il faut inventer des choses." Et en ce qui concerne les éloges: "J'ai une idée de moi-même qui me fait dire que j'ai du talent, certes, mais que je dois travailler car je suis encore loin de là où je veux aller. La route n'est pas simple, et il y a encore beaucoup de chemin à parcourir. Alors, toutes ces louanges, c'est bien mais c'est surtout une force supplémentaire pour continuer à travailler."

Sa position au PSG

"Le PSG, c'est une équipe qui a la possession, où tu peux dézonner. C'est un jeu en mouvement, des joueurs qui sentent le ballon. A Paris, il n'y a pas d'ailiers. Ils jouent très intérieur. Je suis attaquant. Pas attaquant droit ou attaquant gauche. Et un attaquant, il se doit de savoir jouer partout."

Sur le même sujet

Championnats du Monde de Ski Nautique : A suivre en direct