Barça Atletico
La joie des joueurs de l'Atletico après l'égalisation face au Barça | LLUIS GENE / AFP

L'Atletico, le champion du courage

Publié le , modifié le

En décrochant le match nul sur la pelouse de Barcelone lors de la "finale" de la Liga (1-1), l'Atletico Madrid a arraché son premier titre de champion d'Espagne depuis 1996. Un titre mérité après une saison où les Colchoneros auront été exceptionnels de courage et de régularité. Les hommes de Diego Simeone, le grand artisan du succès madrilène, peuvent espérer un fabuleux doublé s'ils remportent la Ligue des Champions le 24 mai face au Real Madrid.

L'Atletico Madrid a été sacré champion  d'Espagne pour la 10e fois de son histoire en neutralisant le FC Barcelone pour la 38e et dernière journée, s'offrant son premier titre  national depuis 18 ans au nez et à la barbe des Catalans. Dans un Camp Nou en fusion, le Barça fait du Barça en début de match, avec un contrôle du ballon... et peu d'occasions. L'Atletico défend parfaitement bien et on semble reparti vers un nouveau match cadenassé comme lors des cinq rencontres qui ont déjà opposé les deux équipes cette saison. Le premier fait de jeu notable intervient au quart d'heure de jeu et il est triste. A peine rétabli d'une blessure, Diego Costa, incertain avant le match, se blesse sur une course. Le néo international espagnol doit, la mort dans l'âme, quitter le terrain et ses chances de disputer la finale de la Ligue des Champions semblent bien compromises. Dans la foulée, c'est tout l'Atletico qui tremble avec la sortie sur blessure d'un second joueur clé, Arda Turan (20e).

Cela fait beaucoup pour les hommes de Diego Simeone et leur calvaire du moment n'est pas terminé puisqu'alors qu'ils contrôlent tout de même le Barça, ce dernier ouvre le score sur un coup de génie sorti de nulle part. Suite à une ouverture de Fabregas et à une remise de Messi de la poitrine, Alexis Sanchez, dans un angle impossible, décoche une frappe d'une puissance inouïe qui se loge sous la barre de Courtois (1-0, 34e). Le Camp Nou explose. Grâce à ce but d'extraterrestre, les Catalans sont virtuellement champions d'Espagne. 

Simeone a dû trouver les mots

Ebranlés par ce but et par la perte de deux joueurs majeurs, les Madrilènes peinent mais parviennent à atteindre la pause sur ce score. Là, dans l'intimité du vestiaire, Diego Simeone doit trouver des mots forts puisque ce sont des Colchoneros surmotivés qui reviennent sur la pelouse. Galvanisés comme jamais, ils pressent la défense des Blaugrana qui, comme souvent, finit par craquer. Après une première tentative de l'ex-Barcelonais David Villa sur le poteau, Godin s'élève plus haut que tout le monde sur un corner et catapulte le ballon dans les filets de Pinto ! (1-1, 49e). L'Atletico est provisoirement sur le toit de la Liga.

Barcelone ne se remettra jamais de cette égalisation. En dépit de quelques éclairs, et d'un but refusé pour hors-jeu, de Messi, les Catalans n'y sont plus. L'Argentin est le seul à tenter de dynamiser le jeu mais il est trop seul et les enchaînements qui ont fait la légende récente du Barça ont définitivement disparu. Impeccables jusqu'au bout, défendant à la perfection, les "Matelassiers" annihilent, presque avec facilité, les dernières tentatives adverses. L'exploit de l'Atletico, qui vient de dominer à la régulière le Barça et le Real sur la durée d'une saison, est tout simplement énorme.

Déclarations : 

Diego Simeone (entraîneur de l'Atletico  Madrid): "Nous étions tranquilles parce que nous sentions que l'équipe était  bien. Elle a eu un bon début de match malgré les blessures. J'étais serein, je  savais que nous pouvions profiter des situations de coups de pied arrêtés. (Sur  l'ovation reçue du Camp Nou) Tout le monde est venu nous féliciter. Cette  ovation achève une année grandiose en Liga. Aujourd'hui, nous avons pu marquer  l'histoire. A aucun moment, je n'ai senti que le match échappait à l'équipe.  Mes joueurs savent répondre à la difficulté et aux défis, plus c'est dur, mieux  c'est. (Sur les blessures de Diego Costa et Arda Turan) Je ne sais pas. Arda a  subi un gros coup, mais je n'ai pas pu parler avec Diego. Les médecins se  prononceront demain (dimanche)."

Gabi (milieu de terrain et capitaine de  l'Atletico Madrid, au micro de Gol TV): "Aujourd'hui, l'équipe a mérité ce titre. Elle a été à la hauteur. Nous  avons toujours cru en nous. Le match a mal débuté mais nous avons cru en cette  équipe et le match nul est mérité. C'est une fierté d'appartenir à cette  équipe. Avoir la capacité de lutter contre les grands est très beau.  Maintenant, bien sûr, il faut fêter ça et à partir de lundi se reconcentrer sur  la finale de la Ligue des champions."

Julien Lamotte