Le Polonais Robert Lewandowski
L'attaquant du Bayern Munich, Robert Lewandowski, pris dans les filets | AFP - DPA - Frank Hoermann - SVEN SIMON

Le Bayern Munich entre ombre et lumière

Publié le , modifié le

Revigoré par sa large victoire sur Mayence (4-0) ce week-end, le Bayern Munich passe un test bien plus imposant en se rendant à Schalke 04, pour le compte de la 5e journée de Bundesliga. Entre le jet de maillot de Ribéry, les critiques sur le recrutement de Lewandowski, ou les critiques sur le coaching de Muller, Arrigo Sacchi s'en est également pris à son ancien élève, Carlo Ancelotti. Bref, en Bavière, ce début de saison n'est pas de tout repos.

"J'ai l'impression que des changements feraient du bien au Bayern. Je regarde tous les matchs du Bayern et j'ai l'impression que l'équipe a perdu son enthousiasme (...) On vieillit, on perd la passion et la volonté absolue, c'est la vie". La critique n'émane pas de n'importe qui, puisque ces propos émanent d'Arrigo Sacchi. L'ancien stratège du grand Milan AC, dans lequel évoluait Carlo Ancelotti, est une voix vieillissante mais qui compte toujours. Dans cette interview à Sport1, le technicien estime que "Carletto" perd "passion et volonté" à l'entame de cette deuxième saison à la tête du Bayern. Ce n'est pas la première critique que son ancien joueur essuie ces derniers mois.

Les nuages se sont un peu amoncelés au-dessus de la tête d'Ancelotti. En début de semaine dernière, Karl-Heinze Rummenigge, le patron du club, avait même dû élever le ton pour réclamer le silence dans son vestiaire. Car la star Lewandowski avait critiqué le recrutement du club, et Thomas Müller, l'enfant chéri de l'Allianz Arena, avait implicitement reproché à son entraîneur Carlo Ancelotti de ne pas savoir l'utiliser. Souvent laissé sur le banc en début de match, l'Allemand a reçu le soutien d'Arjen Robben. Le Néerlandais, qui n'a jamais sa langue dans sa poche, en a profité pour livrer un plaidoyer pro-Müller, affirmant que la clé de cette efficacité retrouvée était le retour de l'international: "Avec Thomas on a plus de mouvements. Il est comme un deuxième attaquant, il prend les espaces en profondeur, crée des brèches, dégage des espaces pour les autres (...) Quand il est sur le terrain, je joue mieux". Tout cela sans oublier le jet de maillot de Franck Ribéry lors de sa sortie du terrain en Ligue des Champions. L'international français s'en était pris ensuite au directeur sportif, Salihamidzic. Et tout cela avec son gardien de but, Manuel Neuer, toujours blessé.

A l'heure d'affronter Schalke 04 sur son terrain, une équipe qui n'a plus battu Munich depuis mars 2011 mais qui compte autant de points que les Bavarois, l'heure est donc à la mobilisation.