Platini Michel visage 03 2010
Michel Platini, président de l'UEFA | AFP - Jack Guez

Platini réélu à la présidence de l'UEFA

Publié le , modifié le

Le Français Michel Platini, 55 ans, seul candidat, a été réélu par acclamation président de l'UEFA pour un second mandat de quatre ans par le congrès réunissant mardi à Paris les 53 fédérations composant l'organe dirigeant du football européen.

Le vote s'est fait par acclamation. Les représentants des fédérations du vieux continent avaient le choix entre un vote classique ou la simple acclamation. L'ancien capitaine de l'équipe de France (41 buts en 72 sélections) avait été élu pour la première fois le 26 janvier 2007, lors du précédent congrès électif à Düsseldorf (Allemagne), gagnant le scrutin face au Suédois Lennart Johansson, alors président sortant. M. Platini avait été élu sur un score serré (27 voix contre 23, deux bulletins non valides, l'UEFA ne comptant à cette époque que 52 membres). Rien à voir en tout cas avec une réélection quatre ans plus tard en forme de triomphe sur ses terres, en France, dans le cadre du Grand Palais de Paris.

"Un merci aux héros de la vie ordinaire"

"L'avantage de cette année, c'est que je me doutais un peu que j'allais gagner, donc j'ai eu le temps de préparer  un mot", a-t-il indiqué après sa réélection par acclamation. "Après ma première élection, j'avais surtout remercié les anciens, pris par l'émotion et un élan de nostalgie, j'avais remercié ceux qui m'avaient  accompagné dans ma vie, a-t-il poursuivi. "Aujourd'hui je remercie ceux qui  travaillent à mes côtés et qui m'ont toujours soutenu." "Je remercie les amis des associations nationales, merci du fond du coeur pour votre confiance", a-t-il dit, en y joignant les membres de  l'administration de l'UEFA. "Un petit merci aussi à tous ces héros de la vie ordinaire sans qui il n'y  aurait pas eu de Beckenbauer, de Cruyff, de Zidane, de Messi, sans qui il n'y  aurait pas eu ces moments de partage, je veux parler des bénévoles et des  éducateurs, a ajouté Platini. "Ils transmettent des valeurs à nos enfants, les éduquant à travers la plus belle école de la vie et qui rendent notre société  un peu meilleure."

Traité de révolutionnaire ou de doux rêveur par ses détracteurs lors de son élection il y a quatre ans, M. Platini a tranquillement mené le jeu et ses réformes. Aujourd'hui, le principe d'un fair-play financier a été accepté et c'est une vraie révolution qui s'est faite en douceur: un club ne pourra pas dépenser plus qu'il ne gagne sous peine, par exemple, d'exclusion de la Ligue des champions à partir de la saison 2014-15. L'ouverture de la Ligue des champions à des petites nations, qu'il prônait il y a quatre ans, est devenue réalité, sans heurts et sans remettre en cause le formidable impact d'une compétition toujours reine sur le vieux continent et au delà. Et alors que le G14, ce club fermé des puissants du football, s'annonçait comme un farouche adversaire, l'ancien joueur de la Juventus (Italie) a su habilement négocier. En contre-partie du dédommagement des clubs fournisseurs d'internationaux en cas de sélection, il a même obtenu la dissolution du G14 début 2008.

"On souffre.."

D'un autre côté, le football européen a connu son lot de drames, comme la mort du jeune Français Brice Taton en septembre 2009 à Belgrade en marge d'un match d'Europa League, compétition sous l'égide de l' UEFA. L'attribution de l'Euro-2012 à l'Ukraine et à la Pologne, sur la base d'arrangements passés au sein de son comité exécutif contre lesquels il n'a rien pu faire, fut également un beau cadeau empoisonné. "Ce sera très bien... mais on souffre !" a soufflé M. Platini ces derniers jours avouant que cette souffrance durerait "jusqu'à la finale" de cet Euro. Mais au moins son seconde mandat verra se refermer ce dossier éreintant. Et après quatre nouvelles années à la tête du football européen ? Beaucoup, comme Pelé récemment, voient M. Platini futur candidat à la présidence de la Fédération internationale de football (FIFA). Il faudra sans doute attendre la fin de son second mandat à l'UEFA pour en savoir plus.

Gilles Gaillard