Déception Gignac Martial
Les Bleus vont devoir digérer cette défaite en finale de l'Euro | MUSTAFA YALCIN / ANADOLU AGENCY

Les Bleus ont pris un gros coup sur la tête

Publié le , modifié le

La déception était énorme dans les rangs tricolores. On ne joue pas tous les jours une finale d’une Euro. Hugo Lloris et Dimitri Payet reviennent sur les raisons de cet échec et se projettent vers l’avenir avec cette équipe en devenir.

Ils sont restés de longues minutes allongés sur la pelouse. La haie d’honneur des Portugais, la médaille du perdant, tous ces signes qui ne font qu’enfoncer le clou. Les Bleus se sont rêvés champions d’Europe et ont échoué sur la dernière marche. Forcément la déception est énorme. « Il manquera la cerise sur le gâteau », résume Dimitri Payet au sujet d’un Euro qu’il avait débuté tambour battant pour lui avant de le voir coincer un peu. Une finale se joue souvent sur des détails et ceux là n’ont pas été favorables aux Français. « L’Allemagne avaient eu la possession et les occasions mais on a marqué deux buts. Là c’est un peu la même chose à l’envers, ajoute Payet. On a eu le ballon et les occasions mais il nous a manqué ce petit but pour débloquer la situation. Eux sur leurs rares occasions ils ont su le faire. »

"On s'attendait à ce genre de match"

La France est elle aussi tombée dans le piège du Portugal avec sa vision assez étroite du football mais efficace, surtout après la sortie de Ronaldo. « Le fait que Ronaldo sorte les a rendu encore plus solides, explique Hugo Lloris. Dans ce cas là ils étaient onze à défendre. Le Portugal peut s’appuyer sur un mental d’acier. Ils sont sortis des poules à la limite et chaque match a été difficile. Quelque part ils ont créé une équipe dans la difficulté. C’est le football et parfois ça peut être cruel. » Pourtant, les Bleus étaient prévenus. « On s’attendait à ce genre de match, poursuit Lloris. Il nous a manqué un peu de réussite. Peut-être celle du champion. Il nous a manqué ce dernier geste. Les Portugais nous ont fait déjouer. Ils ont joué comme ça tout au long du tournoi et ça leur a réussi. »

Un problème de fraîcheur

Beau joueur, Lloris ne conteste pas la victoire du Portugal qui obtient le premier titre majeur de son histoire. « Beau champion ou pas, ils sont champions. S’ils ont gagné ce tournoi, c’est qu’ils le méritent. Après, on peut toujours discuter de la manière dont ils jouent mais ça reste efficace. » Les Bleus n’ont eu la même réussite. Ils ont pourtant continué à jouer, même fatigués pendant les prolongations. « Un jour de plus ou de moins ça fait la différence. On a joué pour marquer eux ils sont sortis deux fois. Il y a la barre sur coup franc et le but. A ce moment du match, on manque tous un peu de fraîcheur. C’est pas tant le frappeur mais ce qui se passe avant. »

Des bases pour l'avenir

Que retenir de cet Euro ? Pas juste la défaite en finale ni une épopée inachevée mais la montée en puissance d’un groupe jeune qui va se nourrir de cette défaite une fois qu’elle sera digérée. « « Lorsque vous êtes compétiteur, vous n’avez qu’une chose en tête, qu’une envie, c’est de gagner, rappelle Hugo Lloris. On a fait de très belles choses et vécu une belle aventure humaine. Comme au Brésil, on a créé des bases pour l’avenir. On reste une équipe jeune. Mais ça ne remplace pas cette frustration et cette déception. Il va falloir digérer. Mais on peut quitter ce tournoi la tête haute. »