Vous êtes ici

Rabat : triple zéro pour Braz juste avant les Mondiaux

Thiago Braz n'y arrive plus du tout

Thiago Braz n'y arrive plus du tout | Thierry Zoccolan / AFP

Par

Publié le 16/07/2017 | 22:55, mis à jour le 17/07/2017 | 10:52

A trois semaines des Mondiaux (4-13 août à Londres), rien ne va plus pour le champion olympique brésilien du saut à la perche Thiago Braz, qui n'a pas réussi à passer la moindre barre dimanche au meeting de Rabat, comptant pour la Ligue de diamant.

Le bourreau à Rio du recordman du monde français Renaud Lavillenie, qui effectuait son retour à la compétition après un mois de blessure (genou), a du pain sur la planche pour être en forme et défendre ses chances aux Championnats du monde. Incapable de franchir 5,40 m à son entrée dans le concours, il a laissé le succès au Polonais Pawel Wojciechowski (5,85 m) et repart du Maroc en plein doute. Thiago Braz n'a pas dépassé 5,60 m depuis le 13 mai à Shanghai et sa situation devient critique, d'autant que ses rivaux commencent tous à monter en gamme.

Rabat espérait beaucoup du plateau du sprint pour égayer la soirée et n'a pas été déçu. La double championne olympique (100/200 m) Elaine Thompson, en tête du bilan 2017 (10"71), a été fidèle à elle-même et donc intouchable sur la ligne droite (10"87). "Je suis satisfaite de ma course, a expliqué la Jamaïcaine. Je suis dans la forme que je voulais avoir dans l'optique des Mondiaux".

El Ba​kkali impressionne

Chez les hommes, le Canadien Andre De Grasse, considéré à 22 ans comme l'un des possibles successeurs de Sa Majesté Usain Bolt, bientôt retraité, n'a pas non plus été ridicule sur 200 m (20"03). Mais sa prestation souffre forcément de la comparaison avec le temps canon du Botswanais Isaac Makwala (19"77, meilleure performance de l'année) réalisé il y a tout juste deux jours à Madrid. "C'était une bonne course et une belle performance, a tout de même déclaré le vice-champion olympique du demi-tour de piste. J'ai été poussé dans mes retranchements mais je voulais finir fort tout en restant relax. C'était une belle répétition avant les Mondiaux même si je ne suis pas habitué à la chaleur qui règne ici."

Mais le public marocain a surtout vibré au cours du 3000 m steeple avec la victoire impressionnante du prodige local Soufiane El Bakkali. A 21 ans, il a amélioré son record personnel (8'05"12) et devient l'un des grands dangers aux Mondiaux pour le vainqueur des JO de Rio, le Kényan Conseslus Kipruto. Dommage cependant que le duel entre les deux hommes ait tourné court à Rabat, Kipruto ayant décidé de stopper sa course pour des douleurs à la cheville droite.

La championne olympique bahaméenne Shaunae Miller-Uibo est elle aussi allée vite sur 400 m (49"80). Une manière de répliquer à l'Américaine Allyson Felix, auteur la semaine dernière à Londres du chrono de l'année (49"65). Juste après avoir signé le temps de référence de 2017 dans la capitale britannique (1'43"18), Nigel Amos n'a de son côté pas récidivé sur 800 m (1'43"91), en l'absence du roi David Rudisha. Mais le Botswanais, en s'imposant pour la 3e fois en 2017 en Ligue de diamant, a prouvé qu'il serait une menace sérieuse pour le champion olympique et du monde kényan à Londres.

Sur le même sujet

Tour de france : A suivre en direct