Vous êtes ici

Adrien Van Beveren rêve encore de podium du Dakar

Adrien Van Beveren (Yamaha) proche d'un premier podium sur le Dakar

Adrien Van Beveren (Yamaha) proche d'un premier podium sur le Dakar | ERIC VARGIOLU / E.V.A. / DPPI

Par notre envoyé spécial

Publié le 13/01/2017 | 22:08, mis à jour le 13/01/2017 | 23:05

C’est un magnifique mano-à-mano qui se prépare samedi lors de la dernière étape du Dakar 2017 entre Adrien Van Beveren et Gerard Farres Guell. 48 secondes, c’est le tout petit matelas dont va disposer l'Espagnol sur le Nordiste alors qu’il restera 64 kilomètres de spéciale à parcourir.

Adrien Van Beveren n’a pas déçu. Après un début de Dakar prudent, le pilote Yamaha a haussé le rythme au fil des étapes. Après les déboires de Honda, il est le dernier à donner du fil à retordre aux KTM. Le seul à pouvoir les empêcher de réaliser le triplé. Grâce à une 11e étape de feu, BVA a repris 3’26’’ à l’Espagnol Gerard Farres Guell. Le voilà revenu à quelques secondes du podium du Dakar. "J'ai attaqué au maximum, j'ai même fini l'étape avec les freins crâmés…, indique Van Beveren. Mais je pense que c'est pareil pour Gérard. Ce matin j'ai creusé l'écart grâce au sable, cet après-midi on était plus son terrain. » Une analyse partagée par Farres Guell, beau joueur. « Tout est allé bien aujourd’hui mais l’étape s’est déroulée sur un terrain favorable à Adrien (Van Beveren), explique le pilote KTM. C’est un vrai spécialiste du sable et il m’a repris beaucoup de temps. 2’30’’ dans la première partie, je crois. » De retour au bivouac, VBA a toutefois appris qu'il écopait d'une pénalité d'une minute pour excès de vitesse. De 12 secondes d'avance, il partira finalement samedi avec 48 secondes de retard. 

Une 12e étape façon Touquet

Sur une dernière étape sans piège, il faudra imprimer un rythme élevé et éviter la moindre faute. En partant derrière son adversaire, Adrien Van Beveren aura peut-être la possibilité de lui reprendre le temps nécessaire. « C’est stressant car on aura une soixantaine de kilomètres à disputer. Mais j'ai l'habitude de ce genre de situation, je me prépare toute l'année pour une course comme le Touquet qui se déroule sur trois heures, ajoute-t-il. Il faudra attaquer à bloc. Quoi qu'il en soit je suis content de jouer le podium. » Avec pour meilleur résultat une 7e place finale, Farres Guell est déjà content de se retrouver aussi haut au général. « Quel que soit le résultat final je suis content de ma course, assure-t-il. Il reste 64 kilomètres de spéciale et on sait que beaucoup de choses peuvent survenir mais je suis vraiment heureux d’en être là et d’avoir fait un Dakar authentique. » Avec un podium, il serait encore plus beau.

Sur le même sujet