Chris Froome, vainqueur du Tour de France et de la Vuelta en 2017
Chris Froome, vainqueur du Tour de France et de la Vuelta en 2017 | JOSE JORDAN / AFP

Avec son doublé Tour-Vuelta, Froome est dans l'histoire du cyclisme

Publié le , modifié le

Il a remporté les deux derniers Grands Tours sans qu'aucun coureur ne puisse les lui contester. Christopher Froome a réalisé un exploit en dominant la Vuelta après le Tour de France. S'il écrit l'histoire, la légende, elle, est encore devant lui.

On pourra polémiquer longtemps sur ce que Chris Froome apporte au cyclisme. On pourra débattre un moment sur le panache ou non des victoires de Chris Froome. Toujours est-il que jamais dans l’histoire du cyclisme un coureur n’avait remporté le Tour de France puis la Vuelta, dans cet ordre, la même saison. Jacques Anquetil et Bernard Hinault l’avaient fait quand le Tour d’Espagne se disputait en avril-mai.

L’histoire est belle pour un Froome qui a explosé aux yeux du monde précisément sur les routes espagnoles en 2011 avant de dominer le Tour de France. La Grande Boucle, c’était la "zone de confort" de Froome. Sur la Vuelta, il a longtemps buté (2e en 2011, 2014 et 2016, 4e en 2012, non-partant sur la 12e étape en 2015) avant le succès de cette année. "Le simple fait que personne n’ait remporté le Tour puis la Vuelta la même année rend cette chose incroyable", lâchait-il ce weekend.

Froome n'a pas d'adversaire crédible

Avec cinq Grands Tours au compteur, le leader de la Sky rejoint les Italiens Bartali Binda et Gimondi, à deux longueurs d’un trio plus légendaire encore (Coppi, Indurain, Contador) et à six du recordman en la matière, Eddy Merckx (11). Son palmarès prend de l’épaisseur et il se démarque, un peu au moins, de celui dont on ne doit plus prononcer le nom (Lance Armstrong) monomaniaque du Tour de France. Cette saison, Froome a organisé sa saison différemment, il a pris des risques. Le risque de ne pas être assez fort en juillet et pas non plus en août-septembre. Ne nous trompons pas, en 2017 l’objectif du Britannique, c’était le doublé. C’est pour ça qu’il était moins fort sur le Tour, pour pouvoir dominer aussi sur la Vuelta. Il a une telle marge sur les autres qu’il peut se le permettre.

Mieux que Merckx

On aimerait terriblement voir Chris Froome aller disputer des courses d’un jour mais ça n’arrivera pas. On peut en revanche rêver le voir sur le mythique Giro : "Évidemment, c’est encore très tôt pour y penser mais on me pose beaucoup de questions à ce propos, révèle-t-il. Je ne vais pas dire que j’irai l’an prochain, je préparerai ma saison cet hiver. Un jour, le Giro sera mon objectif". S’il venait à revêtir le maillot rose au dernier jour du Giro, Froome rejoindrait Anquetil, Gimondi Merckx, Hinault, Contador et Nibali, vainqueurs des trois Grands Tours leur carrière.

Avant cela, il y a néanmoins de fortes chances qu’il reste concentré sur la quête d’une cinquième Grande Boucle : "Une cinquième victoire sur le Tour de France sera un énorme défi pour moi l’an prochain donc je dois me concentrer là-dessus". Pour finir, deux statistiques qui font de Froome un coureur hors-norme : il vient de battre Eddy Merckx au nombre de jours avec le maillot de leader d’un Grand Tour sur une saison (34 contre 33). Enfin avec la retraite de Contador, il est désormais le coureur en activité avec le plus de Grands Tours au palmarès. Un patron.