Matthews Sagan Kwiatkowski Alaf
Les favoris pour le titre, à Bergen. | AFP

Mondiaux 2017 : Huit hommes pour un maillot arc-en-ciel

Publié le , modifié le

Au petit jeu des pronostics, ce sont leurs noms qui reviennent le plus souvent. De Sagan à Alaphilippe, ils sont huit à pouvoir prétendre au titre mondial, ce dimanche, à Bergen. Passage en revue des forces en présence.

Peter Sagan : la passe de trois ?

Sacré champion du monde en 2015 puis 2016, Peter Sagan a déjà prouvé qu’il n’avait pas besoin d’armada à ses côtés pour pouvoir triompher. A Bergen, la course devrait être moins simple à contrôler, l’enchaînement de la difficulté laissant la porte ouverte à de nombreuses attaques… Le Slovaque devra se montrer fort tactiquement s’il souhaite devenir le premier coureur à remporter trois années de suite le titre mondial. Physiquement, c’est également la grosse interrogation : depuis son éviction du Tour de France, à Vittel, le coureur de Bora s’est montré assez discret, bien qu’il ait gagné au Tour de Pologne, ou plus récemment au Québec. Il avoue avoir été malade ces derniers jours. Mais un Sagan au départ d’un Mondial reste redoutable, même sans être à 100% de ses capacités.

Greg Van Avermaet : après les JO, les Mondiaux ?

Bien qu’il n’ait plus levé les bras depuis juin, Greg Van Avermaet reste, avec Philippe Gilbert, l’atout maître de la sélection belge. Le vainqueur du dernier Paris-Roubaix ne devrait pas avoir de problèmes pour passer la côte du circuit, et surtout sa pointe de vitesse est suffisamment bonne pour qu’il puisse briller sur un sprint en petit comité. « Il y a quelques coureurs plus rapides que moi sur le papier mais j'ai déjà battu tous les favoris au sprint », reconnaissait il en conférence de presse, ici, à Bergen. Un an après son titre olympique à Rio, « GVA » a les armes pour obtenir son premier maillot arc-en-ciel.

Michal Kwiatkowski veut remettre ça

Sacré champion du monde en 2014, Michal Kwiatkowski est devenu depuis l’un des coureurs les plus dangereux du peloton. Malin tactiquement, il est la carte maîtresse de la sélection polonaise. Vainqueur de Milan-San-Remo cette saison, au terme d’un sprint à trois avec Sagan et Alaphilippe, le coureur de Sky est en forme, et peut croire à un deuxième titre mondial. Pour cela, il pourra compter sur cinq coéquipiers, qui devraient le mettre à l’abri pendant la première partie de course, avant qu’il ne se dévoile.

Julian Alaphilippe : le Français à suivre

C’est le chef de file de la délégation française : à 25 ans, Julian Alaphilippe a les cartes en main pour tenter de succéder, vingt ans plus tard, à Laurent Brochard (dernier Français sacré champion du monde). Le puncheur, qui a vu sa saison handicapée par une opération au genou droit, présente tout de même de belles références : 3e de Milan-San-Remo, 5e de Paris-Nice après avoir porté le maillot jaune, victoire d’étape sur la Vuelta… L’Auvergnat, qui a retrouvé la condition après ce souci de santé, ne veut pas avoir de regrets, et souhaite bien sûr effacer son immense déception des derniers Jeux Olympiques, qu’il a conclu à la 4e place. S’il se montre habile tactiquement, et à 100% de sa condition, tout est possible.

Philippe Gilbert : le retour du roi « Phil » ?

Champion du monde en 2012, Philippe Gilbert est revenu au sommet de son art cette saison, après deux saisons mitigées sous les couleurs de la BMC. Débarqué chez Quick Step, le puncheur belge a retrouvé toute sa puissance, et l’a prouvé en remportant coup sur coup le Tour des Flandres et l’Amstel Gold Race. La longueur du parcours (267,5 kilomètres) n’est pas pour lui déplaire, le circuit non plus d’ailleurs. Reste à savoir comment il parviendra à cohabiter avec Greg Van Avermaet.

Edvald Boasson Hagen : l’heure d’enfin confirmer ?

Longtemps annoncé comme la future star du cyclisme mondial, Edvald Boasson Hagen a eu du mal à confirmer tous les espoirs placés en lui. Le Norvégien a pris son temps, pour faire aujourd’hui partie des meilleurs mondiaux. Son palmarès chez les professionnels est élogieux (66 victoires), mais il ne compte aucun succès sur un « Monument » du cyclisme, ou un grand titre. Le coureur de Dimension Data évolue à domicile ce dimanche, et pourrait bien se montrer à son aise sur le circuit. Il sera en tout cas à suivre de très près…

Michael Matthews : l’année de « Bling » ?

Deuxième à Richmond derrière Peter Sagan, Michael Matthews est l’un des rares sprinteurs à pouvoir accompagner les meilleurs au sommet de la bosse. Maillot vert du dernier Tour de France, « Bling » est le leader annoncé de la sélection australienne. Il a parfaitement lancé sa semaine norvégienne, en devenant dimanche dernier champion du monde du chrono par équipes, avec Giant-Sunweb. Le triple vainqueur d’étape sur la Grande Boucle pourrait bien créer la surprise en cas d’arrivée en petit comité.

Matteo Trentin : l’année ou jamais ?

S’il y a bien un homme en forme en ce moment, c’est lui : Matteo Trentin sort de la Vuelta, où il a remporté pas moins de quatre étapes. Avec Elia Viviani, il fait partie des leaders de la « Squadra Azzura », mais Trentin peut également s’en sortir dans un petit groupe, à l’instar de Michael Matthews. Il fera lui aussi partie des hommes à suivre de très près sur ce circuit usant.

… Mais aussi : Fernando Gaviria, Lilian Calmejane, Elia Viviani, Zdenek Stybar, Dan Martin, Petr Vakoc, Rui Costa, Alexander Kristoff, Warren Barguil…