Cinquième titre mondial pour les Néo-Zélandaises
Cinquième titre mondial pour les Néo-Zélandaises | AFP

Coupe du Monde féminine : la Nouvelle-Zélande titrée après sa victoire face à l'Angleterre (41-32)

Publié le , modifié le

La Nouvelle-Zélande, sacrée quatre fois entre 1998 et 2010, est redevenue championne du monde ce samedi à Belfast. Les Blacks Ferns se sont imposés face à l'Angleterre (41-32) au terme d'un match complètement débridé.

Les Blacks Ferns retrouvent leur trône mondial. Quadruple tenante du titre avant de laisser son bien à l’Angleterre lors de la dernière édition, la Nouvelle-Zélande règne à nouveau sur le rugby féminin après sa victoire face aux Anglaises ce samedi à Belfast (41-32). Malgré une première mi-temps brouillonne, les néo-zélandaises ont pu compter sur la puissance de leurs avants et sur sa folie offensive pour disposer des Red Roses dans un choc qui a tenu toutes ses promesses.

Les Anglaises dominent le début de match mais se font surprendre sur la première attaque Black. Nafatali trouve Winiata sur un jeu au pied. Côté droit, l'arrière s'offre une course de 40 mètres et ouvre les hostilités (5-0, 8e). Les Blacks Ferns sont bien rentrées dans leur match mais le carton jaune sévère donné à la troisième ligne Sarah Goss pour un plaquage dangereux (21e) permet aux Anglaises de revenir dans le match et de prendre l’avantage. Après un premier essai refusé après appel à la vidéo, les Red Roses se voient accorder un essai de pénalité et prennent les devants (10-5, 24e) avant que Wilson ne permette à l’Angleterre de s’envoler après un numéro de funambule près de la ligne de touche (17-5, 32e).

La Nouvelle-Zélande est bousculée mais revient à la charge grâce à ses avants. Emmenés par leur capitaine Fiao'o Fa'amausili, les avants néo-zélandais font le boulot et épuisent la défense anglaise. Ça profite à Natua qui permet aux Blacks de revenir à hauteur avec un essai juste avant la pause (17-10, 39e) avant de remettre ça au retour des vestiaires (17-17, 44e). Le début de 20 minutes totalement folles.

Smith donne l’avantage à la Nouvelle-Zélande (24-20, 54e) avant que Thompson, après une course de 50 mètres, ne lui réponde et ne redonne un point d’avance aux Red Roses (25-24, 56e). Les deux équipes se rendent coup pour coup et Natua répond à l'essai anglais en signant un triplé (31-25, 59e) avant que Cocksedge (36-25, 63e) puis Winiata (41-25, 70e) ne scellent définitivement la victoire des Blacks Ferns. Noel-Smith réduira l'écart en vain pour les Anglaises (41-32, 77e). Après avoir cédé son titre à l'Angleterre il y a trois ans, la Nouvelle-Zélande récupère son dû et s'affirme plus que jamais comme la nation n°1 du rugby, aussi bien chez les hommes que chez les femmes.

Mathieu Aellen