Christophe Le Mevel
Christophe Le Mevel, l'un des leaders de l'équipe Cofidis | Marcel Sanel

Christophe Le Mével, le franc-tireur

Publié le , modifié le

L’expérimenté coureur de la formation Cofidis (32 ans) revient sur la Grande Boucle après deux ans d’absence. Plutôt libre pour tenter sa chance dans une équipe qui possède trois leaders, le Breton espère retrouver la grande forme, comme en 2009 lorsqu’il avait terminé 10e à Paris.

Dans quel état d’esprit êtes-vous en ce début de Tour de France ?

Très bon. Il fait beau, on est en Corse. Je suis content d’être sur le Tour de France, le centième en plus. Ca fait deux ans que je n’ai pas participé au Tour donc j’ai encore plus de joie d’être ici.

Vous avez coché quelques étapes ?

Il y a beaucoup d’étapes qui sont intéressantes. Mais je ne veux pas trop en parler car je veux garder mes objectifs pour moi. Mais il y a des choses à faire dès la première semaine. Il va falloir être aux avant-postes sur certaines étapes.

Quels sont les objectifs de l’équipe Cofidis sur ces trois semaines ?

Le plus important pour nous, ce sont les victoires d’étapes. Après, il y a un top 10 possible avec Dany Navarro, Rein Taaramae ou Jérôme Coppel, donc on verra au fur et à mesure où ils en sont. Après, on est capables de faire un bon classement par équipes. C’est intéressant pour nous parce qu’on a beaucoup d’objectifs.

Vous avez envie de revivre vos exploits passés ?

Ca ferait vraiment plaisir de revivre ça. Faire un top 10 du Tour, c’est toujours intéressant. C’est possible, il faut être intelligent. Il faut sentir le bon moment pour se faire mal et prendre la bonne échappée. Et en montagne anticiper les choses en regardant où sont les favoris qui se font la guerre entre eux.

Et la notoriété, l’appui du public, ça vous fait quelque chose ?

Bien sûr, c’est une reconnaissance. Mais comme je vous l’ai dit, ça fait deux ans que je n’ai pas fait le Tour qui reste la référence pour le grand public. Alors ma notoriété est peut-être un peu descendue (sourire).