50m nage libre des championnats de France.
50m nage libre des championnats de France. | PATRICK HERTZOG / AFP

Mondiaux 2017 - La délégation française la plus mince depuis 2001

Publié le , modifié le

Ils ne seront que neuf à représenter la France aux Mondiaux 2017 (23-30 juillet) à Budapest : la natation tricolore, décimée par les départs en série de ses piliers après les JO 2016, a exposé ses faiblesses aux Championnats de France achevés dimanche à Schiltigheim. Neuf nageurs qualifiés (sans compter Aurélie Muller qui se consacrera à l'eau libre), aucun relais: c'est une délégation taille XS qui s'envolera dans deux mois vers Budapest. Du jamais vu depuis les Mondiaux 2001 à Fukuoka (Japon), où les Bleus n'étaient que cinq.

Il y a deux ans, ils étaient vingt-neuf à avoir obtenu leur billet pour les Mondiaux-2015 à Kazan (Russie). Pour une moisson de six médailles, dont quatre titres, et un rang de cinquième nation mondiale. A Schiltigheim cette semaine, Camille Lacourt et Jérémy Stravius, derniers représentants de la génération dorée, ont répondu présent sur 50 m dos malgré des préparations inhabituelles : le premier a déjà entamé sa reconversion, le second s'est fracturé un poignet fin 2016.

Ceux qu'on attend pour reprendre les rênes de l'équipe de France ont eux connu des fortunes diverses. Charlotte Bonnet, qualifiée sur 100 m et 200 m nage libre, et Mehdy Metella (100 m nage libre et papillon), ont tenu leur rang. Mais Jordan Pothain, Clément Mignon et Damien Joly ont déçu et ne seront pas du voyage à Budapest. Cas emblématique du déclin brutal de la natation française: l'absence en Hongrie du relais 4x100 m nage libre messieurs, monté sur tous les podiums internationaux en grand bassin depuis 2007 et vice-champion olympique en titre, mais orphelin de Florent Manaudou et Fabien Gilot notamment.

"Il n'y a jamais eu autant de départs de cadres" que l'année dernière, souligne le directeur technique national par intérim, Laurent Guivarc'h. "C'est une phase de creux, il nous manque des locomotives."
"Les nageurs, on ne va pas les inventer. On va partir avec des nageurs pas nombreux, mais compétitifs", estime le DTN, qui avait prévenu d'entrée de jeu: toute opération repêchage est exclue.