Vous êtes ici

NBA: Golden State commence par une "remontada" contre les Spurs

Manu Ginobili percuté par Kevin Durant, à l'image des Spurs battus en fin de match par les Warriors

Manu Ginobili percuté par Kevin Durant, à l'image des Spurs battus en fin de match par les Warriors | AFP - GETTY IMAGES

Par ,

Publié le 15/05/2017 | 08:03, mis à jour le 15/05/2017 | 10:12

Dans le premier match de la finale de la Conférence Ouest, Golden State a empoché un succès un temps inespéré face à San Antonio (113-111). Les Warriors étaient en effet menés de 25 points, mais la blessure dans le 3e quart-temps de Kawhi Leonard (26pts, 8rbds), et une fin de match époustouflante de Curry (40pts, 7rbds) et Durant (34pts, 5rbds) leur ont permis de réaliser le plus gros "come-back" en finale de Conférence depuis 15 ans.

De l'enfer au nirvana. Et inversement. Golden State et San Antonio ont joué avec leurs émotions durant ce premier match de la finale de la Conférence Ouest. Et chacun est passé d'un extrême à l'autre. Pour le plus grand bonheur des supporters des Warriors, eux également ballotés. 

Coup de tonnerre et silence à l'Oracle Arena: pendant plus de deux périodes, les bruyants supporteurs de Golden State n'ont pas reconnu leur équipe, favorite pour le titre 2017, et en ont perdu leur voix. Les Warriors, fébriles au tir, multipliant les erreurs et dominés aux rebonds, accusaient déjà 14 points de retard après la première période (30-16) face à des Spurs emmenés par un LaMarcus Aldridge survolté avec ses 11 points. Le pire était encore à venir: en 2e période, le retard de Golden State a atteint 25 points (44-19) et San Antonio, pourtant privé de son meneur Tony Parker, depuis début mai, semblait se diriger vers une inattendue et retentissante victoire.

Vidéo: Résumé de Golden State - San Antonio, match 1, avec le discours de Steve Kerr

Mais revigorés par les consignes à la pause de leur entraîneur Steve Kerr, convalescent après une nouvelle opération du dos et simple spectateur de ce match N.1, les Warriors ont retrouvé leurs automatismes. Ils se sont surtout appuyés sur Stephen Curry: le double meilleur joueur (MVP) de NBA en titre a marqué 19 points dans cette période qui a permis à Golden State de revenir à onze points. "C'est les play-offs. On doit s'attendre à tout", résumait Curry à l'issue de la rencontre.

Curry prend feu

La sortie sur blessure de Leonard (28 pts) à huit minute de la fin de la 3e période, n'est pas non plus étrangère au sursaut des Warriors. Le meilleur marqueur de San Antonio qui tourne à 27 points par match depuis le début des play-offs, s'est tordu la cheville à deux reprises, dont une fois en butant sur l'un de ses coéquipiers sur le banc des remplaçants, celle-là même touchée la semaine dernière contre Houston. Les Spurs menaient encore de 23 points quand Leonard a regagné les vestiaires mais ils se sont effondrés face à Curry (40 pts, nouveau record personnel en play-offs) et Kevin Durant (34 pts). "Steph nous a remis dans le jeu dans le 3e quart-temps, j'ai juste essayé de faire ma partie dans le 4e", expliquait KD à la fin du match.

Sans Leonard, un autre match a débuté et il a été nettement perdu (58-33) par San Antonio malgré Aldridge (26 pts) et Manu Ginobili (17 pts). "On a besoin de Kawhi pour créer, pour marquer, il fait tout dans cette équipe. Quand il est sorti, les Warriors commençaient à retrouver leur rythme", a rappelé le vétéran argentin. "C'est difficile de trouver du positif après ce match: on a très bien joué pendant la moitié du match, mais ils nous ont dominé ensuite et en plus, on a perdu notre meilleur joueur, c'est vraiment le pire scénario", a-t-il regretté.

L'interrogation Leonard

Passés en tête à quatre minutes de la fin du temps réglementaire (101-100), les Warriors se sont faits une ultime frayeur sur la dernière possession de balle où Aldridge aurait pu offrir la victoire à son équipe avec un tir primé. "C'est une défaite difficile à digérer, on avait une belle occasion et on l'a laissée passer", a résumé Gregg Popovich qui ne sait pas encore s'il pourra compter sur Leonard pour le match N.2 mardi, toujours à Oakland. Sans lui, ni Tony Parker, l'emblématique coach texan a deux de ses atouts sur le côté. Patty Mills, qui remplaçait le Français, a connu une soirée cauchemardesque: 1/8 au tir, 0/6 à 3 points pour un total de 5 points. 

Golden State, vainqueur en quatre matches aux tours précédents de Portland et d'Utah, est toujours invaincu depuis le début des play-offs 2017, mais Curry et ses coéquipiers ont pris note de l'avertissement. "Ce sont les play-offs, tout est possible, il faudra mieux débuter le match N.2 et nous affirmer tout de suite", a prévenu Curry.

Sur le même sujet