Nancy contre l'Olympiakos
La dernière sortie de Nancy contre l'Olympiakos en Euroligue | JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

Nancy rate sa sortie

Publié le , modifié le

Clap de fin pour Nancy en Euroligue. Après avoir entrevu le top 16 avec Nicolas Batum, le Sluc est rentré dans le rang depuis le départ de son ailier en NBA. Déjà éliminés, les Lorrains avaient l'occasion de sortir en beauté de la compétition face à l'Olympiakos. A l'image de sa campagne européenne, Nancy a dominé les débats avant de céder dans le dernier quart 74-79. Dans la même poule, Bilbao se qualifie en sortant Vitoria 77-72. Milan est lui passé à Belgrade.

Milan renverse Belgrade
Milan sera bien au top 16 de l'Euroligue. Les Italiens ont a réussi, avec Bilbao (vainqueur de Vitoria) l'exploit de la soirée en arrachant sa qualification dans l'antre de Belgrade au terme d'un scénario complètement fou. Vainqueur 69-65 à l'aller et comptant une victoire de plus, le Partizan pouvait pourtant se permettre une défaite de moins de quatre points. Objectif raté pour... trois points (66-72)

Gentilly voulait faire une dernière fois la fête avant de retrouver exclusivement la Pro A. La réception d'un ténor comme l'Olympiakos tombait à pic. Une sorte de cadeau de Noël avant l'heure. Mais le cadeau était empoisonné. Alors qu'ils avaient repris les devants grâce à Jamal Shuler (18 points) et un bon troisième quarts-temps (64-56, 28e), les Lorrains ont connu une terrible éclipse en restant huit minutes sans marquer entre la 29e et la 37e minute ! L'Olympiakos, lui, a continué à alimenter la marque, même privé de Spanoulis et Papadopoulos, pour infliger un 17-0 à son hôte en tirant profit de son écrasante domination au rebond offensif, une des clés du match.

Malgré un rapproché à -3 dans la dernière minute, Nancy ratait ses dernières possessions et s'inclinait 79-74. Cette septième défaite en dix matches a de nouveau mis en évidence à quel point le départ de Nicolas Batum a fait mal au Sluc qui comptait trois victoires après six journées avant de terminer sur quatre défaites, dont trois très lourdes. Avec sept points marqués et deux à l'évaluation, son remplaçant Kenny Gregory a peut-être joué son dernier match avec les Couguars. Il devaient urgent de recruter. Mais la perle rare se trouve-t-elle marché de Noël ?