Vous êtes ici

La France domine la Grèce, les "braqueuses" en finale de l'Euro face aux rivales d'Espagne

Céline Dumerc en défense face à la Grecque Angeliki Nikolopoulou

Céline Dumerc en défense face à la Grecque Angeliki Nikolopoulou | AFP - JOE KLAMAR

Par

Publié le 24/06/2017 | 22:19, mis à jour le 24/06/2017 | 23:02

Pour le troisième championnat d'Europe de suite, les basketteuses de l'équipe de France se sont qualifiées pour la finale. Malgré un démarrage difficile, les coéquipières de Céline Dumerc ont dominé la Grèce (77-55) en trois temps. En finale, comme en 2013, ce sera l'équipe d'Espagne, tombeuse de la Belgique dans l'autre demie (68-52). Ce sera encore un match au couteau entre deux équipes rivales: la France avait perdu la finale 2013 en France, mais avait éliminé l'Espagne en demie de l'Euro en 2015, mais l'Espagne s'était vengée en quarts de finale des JO en 2016.

Céline Dumerc et Gaëlle Skrela ont encore un match à disputer en équipe de France. "Caps" peut encore finir sa carrière sur un deuxième titre de champion d'Europe, huit ans après sa première individuelle, qui était la deuxième de l'équipe de France féminine (après 2002). Pour ses derniers pas internationaux, la recordwoman de sélections en Bleu a pu constater que la relève était présente, et déjà formée. Mais comme à son habitude, le collectif a mis du temps à trouver la bonne carburation. La victoire a été acquise en quatre temps.

1er temps : Quatre minutes de maladresses, de pertes de balles, avant le réveil des cadres

Cinq pertes de balles dans les quatre premières minutes, deux fautes de Thatchouang dans les 2'30 initiales qui la renvoyant sur le banc, et un retard de cinq points après trois minutes de jeu. Voilà trois éléments qui illustrent ce début de match très délicat de l'équipe de France. Face aux Grècques, qu'elles avaient battues voici cinq jours en poule (70-63), les Françaises ont peiné. Mais lorsque la machine est grippée, les cadres interviennent. En l'occurrence, c'est Endy Miyem qui a sonné le réveil. Deux paniers bien sentis pour ramener les Bleues à (6-7) à la mi-temps de ce 1er quart-temps, avant que Gaëlle Skrela ne donne l'avantage pour la première fois dans le match sur un double-pas (8-7, 5'20). Mais la Grèce a tenu bon, jusqu'à la sortie du cinq majeur français à deux minutes du terme de ce quart-temps.

2e temps: La relève fait la différence

Comme elle en a pris l'habitude, Valérie Garnier finit le 1er quart-temps avec son 2e cinq. Et ses filles lui donnent raison. Olivia Epoupa va chercher une faute en pénétration pour deux lancers-francs, avant d'intercepter l'attaque adverse, imitée par Sarah Michel juste après. Pour parfaire ce break, la jeune Alexia Chartereau plantait un 3 points parfait (21-15), avant qu'elle soit servie merveilleusement par Epoupa. A la fin du 1er quart-temps, la France menait (23-17). Les Françaises maintenaient le cap, puisqu'elles menaient à la pause (35-30) sur un dernier panier de Miyem, le détonateur dans le match, après un jeu en triangle superbe avec Johannes et Minte. A ce moment-là, deux statistiques faisaient la différence: 19 rebonds pour les Bleues, contre 7 aux Grecques, mais 14 pertes de balles contre 9 aux Hellènes.

3e temps: Tchatchouang en leader, Kaltsidou en feu

La reprise de la 2e période est similaire au début du match: pas d'adresse, et un retour des Grecques (37-35). Mais Tchatchouang prenait les choses en mains, en inscrivant les cinq premiers points tricolores, dont un panier avec la faute (40-35). Céline Dumerc prise en individuelle, le collectif devait trouver des solutions face à une défense agressive. Et Kaltsidou plantait deux paniers à 3 points, et un total de 10 points dans cette période pour ramener la Grèce à (47-47). Aux lancers-francs, dans ce match hâché, la France se détachait (52-47) à l'issue du 3e quart-temps. Cette avance ne fondera plus. A l'arrivée, Miyem terminait meilleure marqueuse tricolore (13pts, 5rbds), devant Tchatchouang (12pts, 3rbds), sans oublier les 10rbds et 7pts de Ciak ou les 10pts de Johannes.

Depuis 2009 sur le podium de l'Euro, l'équipe de France peut offrir à Céline Dumerc et Gaëlle Skrela une sortie en grande pompe. Face aux vice-championnes olympiques en titre.

Sur le même sujet