Pierre-Ambroise Bosse
Le Français Pierre-Ambroise Bosse. | Jewel Samad / AFP

Pierre-Ambroise Boisse agressé : 18 jours d'ITT et un homme de 24 ans placé en garde à vue

Publié le , modifié le

Un homme de 24 ans a été placé en garde à vue jeudi matin, soupçonné d'avoir participé à l'agression du champion de monde du 800 mètres Pierre-Ambroise Bosse ce week-end à Gujan-Mestras (Gironde). Le suspect, connu pour des faits de violences et d'infraction à la législation sur les stupéfiants, a fait l'objet d'une convocation par les gendarmes de la brigade de recherches d'Arcachon. Pierre-Ambroise Bosse, qui a eu 18 jours d'incapacité totale de travail (ITT), a annoncé mercredi qu'il arrêtait sa saison après cette agression

"De nombreux coups au visage"

Dans la nuit de samedi à dimanche, vers 4 heures du matin, l'athlète de 25 ans a été agressé après une séance d'autographes sur le parking du casino de Gujan-Mestras, le club formateur de Bosse près du bassin d'Arcachon, où il a été licencié une quinzaine d'années. "Alors qu'il repartait en voiture, il a reçu une gifle pour une raison inconnue. Il est alors sorti de son véhicule puis a reçu de nombreux coups au visage donnés par plusieurs personnes", révèle une source proche de l'enquête.

"Un mouvement de foule"

Sur sa page Facebook, Pierre-Ambroise Bosse, titré sur 800 mètres aux Mondiaux de Londres début août, a expliqué mercredi avoir été victime d'une "violente agression suite à un mouvement de foule", et avoir été "sauvagement agressé par trois individus". Il dit avoir subi "de multiples fractures au visage", de "nombreux jours d'ITT" et "un préjudice moral inqualifiable".

Fin de saison, forfait au DécaNation

"Pour toutes ces raisons, ma saison s'arrête à compter de ce jour !", poursuit le message de "PAB", qui s'est efforcé de conclure par un sourire, un peu amer: "Moi qui ai toujours aimé les gens, j'en aime trois de moins aujourd'hui". Pour la saison d'été d'athlétisme qui touche à sa fin, Pierre-Ambroise Bosse devait encore notamment participer au DécaNation à Angers le 9 septembre prochain.

AFP